• ⇒Procès à Lyon : le cardinal Barbarin face à la justice des hommes

     

    Photo prétexte cardinal Barbarin : procès 7/01/2019 à Lyon.

     

    Même si le cardinal français Philippe Barbarin a confié publiquement qu'il n'avait "qu'un seul juge qui est le Seigneur", il va devoir se confesser aux juges à partir d'aujourd'hui. Son procès s'ouvre devant le tribunal correctionnel de Lyon, ville dont il est l'archevêque depuis 16 ans. Il comparaît jusqu'à mercredi, aux côtés de l'archevêque d'Auch, Mgr Maurice Gardès, de l'évêque de Nevers, Mgr Thierry Brac de la Perrière, et de trois anciens membres du diocèse lyonnais, pour "non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs".

    Le Primat des Gaules, âgé de 68 ans, est accusé de s'être tu alors qu'il avait connaissance d'actes pédophiles commis par un prêtre contre de jeunes scouts du groupe Saint-Luc, à Sainte-Foy-lès-Lyon, dès la fin des années 2000. Le père Bernard Preynat, dont il s'agit, a encadré des adolescents pendant une vingtaine d'années. Au moins 85 anciens scouts l'accusent d'avoir abusé d'eux mais la plupart des faits sont prescrits. Le curé a été mis en examen le 27 janvier 2016, l'instruction du dossier vient juste d'être close et elle retient finalement une dizaine de victimes.

     

    Neuf victimes qui ne baissent pas les bras

    Neuf victimes, qui font partie de l'association La Parole libérée, créée pour en finir avec l'omerta, sont particulièrement tenaces pour obtenir également justice sur la non-dénonciation de leur calvaire. Même si le parquet de Lyon a classé l'affaire sans suite en août 2016, après six mois d'enquête, elles ont lancé une procédure de citation directe afin de ramener le cardinal Barbarin et cinq autres personnes devant le tribunal.

    Il y a plus de deux ans, le procureur avait conclu à la prescription du délit. Les plaignants espèrent cette fois profiter d'une récente modification du Code pénal et de la condamnation dans une affaire similaire de l'ex-évêque d'Orléans, Mgr André Fort, pour prouver que l'obligation de dénonciation ne peut pas être prescrite. Le 22 novembre dernier, Mgr Fort s'est vu condamner à huit mois de prison avec sursis pour avoir gardé le silence sur les abus sexuels d'un prêtre de son diocèse.

     

    La défense : "On ne répare pas une injustice par une autre"

    Les avocats de Philippe Barbarin estiment qu'il y a de l'acharnement contre le cardinal. Cependant, pour l'un d'entre eux, Me Jean-Félix Luciani, ce procès va permettre de "rétablir un certain nombre de vérités" parce que, selon lui, "on ne répare pas une injustice par une autre". Le Primat des Gaules a demandé pardon aux victimes, il a reconnu avoir fait des erreurs, il a obtenu, si l'on peut dire, "la bénédiction" du pape François qui l'a soutenu alors que d'autres membres du clergé appelaient à sa démission.

     

    Maître en philosophie et théologie, polyglotte, chevalier de la légion d'honneur, auteur de plusieurs livres, Mgr Barbarin a beau faire... Depuis que le scandale a éclaté en 2015, il reste un symbole d'une Eglise catholique empêtrée dans le non-dit sur les déviances pédophiles dont elle souffre depuis longtemps et dans le monde entier.

    source

    « ⇒OGM, Glyphosate : que nous cache notre assiette ?⇒Prédictions 2019 sur le monde, quel année allons nous avoir ? »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :