• ⇒Privatisation des manifestations, le LBD inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

    C’est désormais une réalité, au pays des lumières, des droits de l’homme et de la liberté d’expression, on ne peut plus manifester :

    70668816_953013238382622_4549660471560503296_n

    Marcher tranquillement dans la rue avec ou sans pancartes, défiler pour ne pas avoir l’air résigné, scander des slogans, protester contre des lois/réformes et des passages en force du gouvernement… sans récolter gaz, coups, arrestations arbitraires, interdiction de filmer et d’être là.
     
    Non, on ne s’est pas réveillé un matin avec la gueule de bois et les couilles dans un tiroir. La farce intrépide de la dissolution du slogan « liberté, égalité, fraternité » s’est accentuée à mesure que le peuple n’a plus jamais eu aucune latitude sur son futur. Le capitalisme et la crise financière sont une fiction inventée par le libéralisme antisocial, pour soumettre ce qui reste de veaux à dessouder.
     
    Depuis Hollande la convergence des luttes n’a plus aucun regard social sur la vie quotidienne des gens. Entendons nous bien, c’est pas que c’était Byzance avant, mais jusqu’à une certaine période on se disait que les manifs pouvaient avoir un poids et un impact sur les décisions qui nous concernaient directement.
     
    Vous noterez que depuis Macron, c’est bien pire. En à peine 2 ans, le gars et sa putaclic en marche ont réduit à néant l’idée du droit à la parole et à la manifestation. Malgré des mouvements forts et unanimes, des professions et des secteurs en périls, rien ne modifie ne serait-ce que la façon de procéder depuis le palais du grand monarque.
     

     
    Vous êtes des débiles. Vous êtes des congénitaux précaires qui ne pipez rien à rien de la politique pour vos culs. Vous ne comprenez que fifre aux desseins visionnaires des grands, vous êtes trop bas. Vous êtes des rats de laboratoire, vous bouffez de la merde, vous respirez de la daube, vous buvez des immondicités, vous foutez en l’air toutes vos chances de vivre plus vieux en meilleur santé en travaillant plus tard pour une retraite de chiotte, si jamais vous avez la chance d’en avoir une. Mais vous faites faire du profit, vous capitalisez la demande des besoins tertiaires en besoins vitaux, vous permettez d’augmenter le PIB des gros groupes financiers et des patrons milliardaires, et faites la gloire d’un monde sans vous.
     
    Perdez le temps que vous voulez, l’argent des autres et la patience des actionnaires, vos droits sont en train d’être réquisitionnés à vitesse grand V. Vous êtes un tas de fiottes en attente de déchéance d’identité. Vos mécontentements empoussiérés ne font plus partie des priorités de l’état. Vos acquis plombent la dimension de modernité dont le monde est maintenant dépendant. L’innovation des affamés du pouvoir, ceux-là même qui lèchent l’entre-jambe des vrais maîtres du monde, les trusts et les lobbys, vous déchoient joyeusement de vos dernières piécettes en cuivre. Vous avez le droit d’être athée, du moment que vous consommez la nouvelle morale philanthrope qui vous asservit dans le bonheur d’être enculé avec vigueur.
     
     

    ⇒Privatisation des manifestations, le LBD inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

     
    Le problème de la fatalité, c’est que ça arrive au moment ou on se réveille trop tard. Bien trop tard pour la démocratie.
     
    Des décennies de machination pour faire croire aux gens qu’ils votaient ce qui les représentait, comme on va à l’église pour faire semblant d’imaginer qu’un miracle fera amende honorable de notre dévouement sacré à une cause perdue.
     
    Et puis un jour on veut du miracle séance tenante, on y croit dur comme faire, en allant piétiner le bitume pour son obole personnelle collective. Des tonnes de vivants on fait ça avant, y’a eu des résultats quelquefois, mais là, nada, walou, queutchi, que dalle depuis des années. La seule réponse positive, des LBD et des coups de matraques dans la gueule, et même de l’eau gâchée pour le climat sur vos tronches. Ouais, bien entendu, voilà la gueule du climat, social ou autre. Et avec ça, ça nargue d’aller au bout, de l’avant, sans prendre en compte la niaiserie populaire, prêt à remplir son calendrier hémostatique de chirurgiens de l’Uber-convivialité-sacrificielle.
     
    Nous sommes des numéros sur des cartes d’électeurs. Définitivement abonnés à ne choisir qu’entre deux salopards finis. Pour ne plus jamais pouvoir aller divaguer en famille dans la rue sereinement.
     
    Le droit de grève est mort, empêché, inefficace, sans aucune autre revendication sociale que l’appartenance à des causes considérées comme mortes et sans recours.
     
    Le droit de manifester est définitivement enterré, contrit, déviant, connoté comme insubordination à l’état de droit, considéré comme un acte révolutionnaire n’appartenant à aucune possibilité d’aboutir, même à négociation.
     
     
    C’est tous des connards, et ils vous prennent tous pour des demeurés.
     
    Notre société ne vaut plus rien, abolissons-là !
     
    Amen (tes barricades), Touti Quanti (les urnes), et Tralala (l’effondrement)…
     
    ©Le Docteur limite l’indice carbone des manifestants en marche…
            

    Source

    « ➡️Le deux poids de mesure⇒Enquete : Du cyanure dans les gaz lacrymogènes ? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,