• ⇒Neil Keenan : La fraude ultime en matière de Vaccins !

    Un ancien employé de l'industrie pharmaceutique révèle les Fraudes et les Dangers des Vaccins !
     

     
     

    Il est clair que "Mark Randall" (un pseudonyme de chercheur sur les vaccins qui a travaillé pendant de nombreuses années dans les laboratoires de grandes firmes pharmaceutiques et à l'Institut national de la santé du gouvernement américain) avait décidé - parce qu'il travaillait au centre de production de vaccins et qu'il les avait lui-même fait - qu'il était temps de parler en raison du plan du gouvernement fédéral de rendre la vaccination obligatoire ; alors qu'en fait, il pouvait prouver qu'elle était beaucoup plus nocive qu'utile.
    Il est très important qu'il soit clair que cette information particulière et détaillée n'a jamais été rendue publique auparavant. 

    Les tentatives antérieures de diffusion de cette entrevue ont été subverties - des copies papier ont été brûlées et les personnes qui ont participé à la diffusion de cette information ont été menacées.
    De plus, ce plan était très conforme à l'Agenda 21 ou à l'Agenda 30 (contrôle de la population). 


      
    Penser que notre société gouvernementale (Congrès et Sénat) souhaite vraiment détruire nos familles en se suicidant et en tuant nos enfants - cela ne devrait que nous rendre plus conscients de ce que nous devons faire pour les empêcher de le faire.
    Le journaliste d'investigation ici est [le nom non divulgué] et nous devons certainement remercier le courageux Alan Stang pour l'avoir transmis à un petit nombre de personnes, après que la plupart des enregistrements de cette interview ont été brûlés ou effacés dans le but d'empêcher l'exposition du public.
    J'espère que cela nous donne à tous une meilleure perspective sur ce qui se passe dans ce marécage fou dans leurs tentatives de nous éliminer.

    Mais en fait, le faisons-nous et qui va dégager ?
    Et maintenant, voici l'interview révolutionnaire ; malgré les nombreux efforts pour contrecarrer sa sortie.

    Q : Vous étiez autrefois certain que les vaccins étaient la marque d'une bonne médecine ?
    R : Oui, je l'étais. J'ai participé à la mise au point de quelques vaccins. Je ne dirai pas lesquels.
    Q : Pourquoi pas ?
    R : Je veux préserver ma vie privée.
    Q : Vous pensez donc que vous pourriez avoir des problèmes si vous sortez au grand jour ?
    R : Je croyais que je pouvais perdre ma pension.
    Q : Pour quels motifs ?
    R : Les motifs n'ont pas d'importance. Ces gens ont des moyens de vous causer des problèmes, alors que vous faisiez partie du club. Je connais une ou deux personnes qui ont été mises sous surveillance, qui ont été harcelées.
    Q : Harcelé par qui ?
    R : Le FBI. 



    Q : Vraiment ?
    R : Bien sûr, le FBI a utilisé d'autres prétextes. Et le fisc peut venir aussi.
    Q : Tant pis pour la liberté d'expression.
    R : Je faisais partie du cercle intérieur. Si maintenant je commence à citer des noms et à porter des accusations précises contre des chercheurs, je pourrais me retrouver dans un monde de problèmes.
    Q : Qu'est-ce qui se trouve au bas de ces efforts en matière de harcèlement ?
    R : Les vaccins sont la dernière défense de la médecine moderne. Les vaccins sont la justification ultime de la "brillance" globale de la médecine moderne.
    Q : Croyez-vous que les gens devraient avoir le choix de se faire vacciner ou non ?
    R : Sur le plan politique, oui. Sur le plan scientifique, les gens ont besoin d'information pour bien choisir. C'est une chose de dire que le choix est bon. Mais si l'atmosphère est pleine de mensonges.
    choisir ? De plus, si la FDA était dirigée par des personnes honorables, ces vaccins ne se verraient pas accorder de licences. Ils feraient l'objet d'une enquête à un pouce près de leur vie.
    Q : Certains historiens de la médecine affirment que le déclin global des maladies n'est pas dû aux vaccins.
    R : Je sais. Pendant longtemps, j'ai ignoré leur travail.

    Q : Pourquoi ?
    R : Parce que j'avais peur de ce que je découvrirais. Je m'occupais du développement de vaccins. Mon gagne-pain dépendait de la poursuite de ce travail.
    Q : Et puis ?
    R : J'ai fait ma propre enquête.
    Q : Quelles sont vos conclusions ?
    R : Le déclin de la maladie est dû à l'amélioration des conditions de vie.
    Q : Quelles conditions ?
    R : De l'eau plus propre. Systèmes d'égouts avancés. Nutrition. Des aliments plus frais. Une diminution de la pauvreté. Les germes peuvent être partout, mais quand vous êtes en bonne santé, vous ne contractez pas les maladies aussi facilement.
    Q : Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez terminé votre propre enquête.
    A : Le désespoir. J'ai réalisé que je travaillais dans un secteur basé sur une collection de mensonges.
    Q : Certains vaccins sont-ils plus dangereux que d'autres ?
    R : Oui. Le plan DPT par exemple. Le MMR. Mais certains lots de vaccins sont plus dangereux que d'autres lots du même vaccin. En ce qui me concerne, tous les vaccins sont dangereux. 



    Q : Pourquoi ?
    R : Plusieurs raisons. Ils impliquent le système immunitaire humain dans un processus qui tend à compromettre l'immunité. Ils peuvent en fait causer la maladie qu'ils sont censés prévenir. Ils peuvent causer d'autres maladies que celles qu'ils sont censés prévenir.

    Q : Pourquoi citons-nous des statistiques qui semblent prouver que les vaccins ont été extrêmement efficaces pour éradiquer les maladies ?

    R : Pourquoi ? Donner l'illusion que ces vaccins sont utiles. Si un vaccin supprime les symptômes visibles d'une maladie comme la rougeole, tout le monde suppose que le vaccin est un succès. Mais, sous la surface, le vaccin peut nuire au système immunitaire lui-même. Et s'il cause d'autres maladies - disons la méningite - ce fait est masqué parce que personne ne croit que les vaccins peuvent le faire. La connexion est négligée.
    Q : On dit que le vaccin antivariolique a éradiqué la variole en Angleterre.
    A : Oui, oui. Mais lorsque vous étudiez les statistiques disponibles, vous obtenez une autre image.
    Q : Qu'est-ce que c'est ?
    R : Il y avait des villes en Angleterre où les gens qui n'étaient pas vaccinés n'ont pas eu la variole. Il y avait des endroits où les personnes vaccinées ont connu des épidémies de variole. Et la variole était déjà en déclin avant l'introduction des vaccins.
    Q : Vous dites donc que nous avons eu droit à une fausse histoire ?
    R : Oui. C'est exactement ce que je dis. C'est une histoire qui a été préparée pour convaincre les gens que les vaccins sont invariablement sûrs et efficaces.
    Q : Maintenant, vous avez travaillé dans des laboratoires. Où la pureté était-elle un problème ?
    R : Le public croit que ces laboratoires, ces installations de fabrication sont les endroits les plus propres au monde. Ce n'est pas vrai. La contamination se produit tout le temps. On introduit toutes sortes de débris dans les vaccins.
    Q : Par exemple, le virus du singe SV40 se glisse dans le vaccin antipoliomyélitique.

     


     


    R : Oui, c'est arrivé. Mais ce n'est pas ce que je veux dire. Le SV40 est entré dans le vaccin contre la polio parce que le vaccin a été fabriqué à l'aide de reins de singe. Mais je parle d'autre chose. Les conditions réelles du laboratoire. Les erreurs. Les erreurs d'insouciance. Le SV40 qui a été trouvé plus tard dans les tumeurs cancéreuses - c'était ce que j'appellerais un problème structurel.
    C'était une partie acceptée du processus de fabrication. Si vous utilisez des reins de singe, vous ouvrez la porte à des germes dont vous ne connaissez pas la présence dans ces reins.
    Q : D'accord, mais ignorons cette distinction entre les différents types de contaminants pendant un moment. Quels contaminants avez-vous découverts au cours de vos nombreuses années de travail avec les vaccins ?
    R : D'accord. Je vais vous donner un peu de ce que j'ai trouvé et je vais aussi vous donner ce que mes collègues ont trouvé. Voici une liste partielle. Dans le vaccin Rimavex contre la rougeole, nous avons trouvé divers virus du poulet. Dans les vaccins antipoliomyélitiques, nous avons trouvé l'acanthamoeba, qui est une amibe dite " mangeuse d'entrainement ". Simian cytomegalovirus in polio vaccine. Simian foamy virus dans le vaccin antirotavirus. Bird-cancer viruses in the MMR vaccine. Différents micro-organismes dans le vaccin contre l'anthrax. J'ai trouvé des inhibiteurs enzymatiques potentiellement dangereux dans plusieurs vaccins. Les virus du canard, du chien et du lapin dans le vaccin contre la rubéole. Avian leucosis virus dans le vaccin contre la grippe. Pestivirus dans le vaccin ROR.
    Q : Laissez-moi prendre ce raccourci. Ce sont tous des contaminants qui n'ont pas leur place dans les vaccins ?
    R : C'est exact. Et si vous essayez de calculer les dommages que ces contaminants peuvent causer, eh bien, nous ne le savons pas vraiment, parce qu'aucun test n'a été fait, ou très peu de tests. C'est un jeu de roulette. Tu prends le risque. De plus, la plupart des gens ne savent pas que certains vaccins contre la polio, les adénovirus, la rubéole et l'hépatite A et la rougeole ont été fabriqués avec des tissus fœtaux humains avortés.
    J'ai trouvé ce que je croyais être des fragments bactériens et du poliovirus dans ces vaccins de temps en temps - qui peuvent provenir de ce tissu fœtal.
    Lorsque vous cherchez des contaminants dans les vaccins, vous pouvez trouver du matériel qui laisse perplexe. Vous savez qu'il ne devrait pas être là, mais vous ne savez pas exactement ce que vous avez. J'ai trouvé ce que je crois être un très petit "fragment" de cheveux humains et de mucus humain. J'ai trouvé ce que l'on peut appeler "protéine étrangère" qui pourrait signifier presque n'importe quoi. Il pourrait s'agir de protéines provenant de virus.
    Q : Les cloches d'alarme sonnent partout.

     


     


    A : Comment pensez-vous que je me sentais ? Rappelez-vous que cette matière entre dans la circulation sanguine sans passer par les défenses immunitaires ordinaires.
    Q : Comment vos conclusions ont-elles été reçues ?
    R : En gros, c'était, ne vous inquiétez pas, on ne peut pas aider à faire des vaccins, vous utilisez divers tissus d'animaux, et c'est là que ce genre de contamination entre en jeu. Bien sûr, je ne mentionne même pas les produits chimiques standard comme le formaldéhyde, le mercure et l'aluminium qui sont utilisés à dessein dans les vaccins antigrippaux.
    Q : Cette information est assez stupéfiante.
    R : Oui. Et je ne fais que mentionner certains des contaminants biologiques. Qui sait combien il y en a d'autres ? D'autres que nous ne trouvons pas parce que nous ne pensons pas à les chercher. Si des tissus provenant, par exemple, d'un oiseau sont utilisés pour fabriquer un vaccin, combien de germes possibles peuvent se trouver dans ces tissus ? Nous n'en avons aucune idée. Nous n'avons aucune idée de ce qu'ils pourraient être, ni des effets qu'ils pourraient avoir sur les humains.
    Q : Et au-delà de la question de la pureté ?

    R : Vous avez affaire à la prémisse de base erronée au sujet des vaccins. Qu'ils stimulent de manière complexe le système immunitaire pour créer les conditions d'immunité contre la maladie. C'est la mauvaise prémisse. Ça ne marche pas comme ça.
    Un vaccin est censé "créer" des anticorps qui, indirectement, offrent une protection contre la maladie. Cependant, le système immunitaire est beaucoup plus grand et plus impliqué que les anticorps et leurs "cellules tueuses" apparentées.
     

    Q : Le système immunitaire l'est-il ?

     


     


    R : Tout le corps, vraiment. Plus l'esprit, c'est tout le système immunitaire, pourrait-on dire. C'est pourquoi vous pouvez avoir au milieu d'une épidémie, ces individus qui restent en bonne santé.
    Q : Le niveau de santé générale est donc important ?
    R : Plus qu'important. Vital.
    Q : Comment les statistiques sur les vaccins sont-elles présentées faussement ?
    R : Il y a plusieurs façons de faire. Supposons, par exemple, que 25 personnes ayant reçu le vaccin contre l'hépatite B soient atteintes d'hépatite. L'hépatite B est une maladie du foie. Mais vous pouvez appeler la maladie du foie beaucoup de choses. Vous pouvez modifier le diagnostic. Alors vous avez caché la racine du problème.
    Q : Et que se passe-t-il ?
    R : Tout le temps. Cela DOIT arriver, si les médecins supposent automatiquement que les personnes qui se font vacciner ne tombent pas avec la maladie dont elles sont censées être protégées. Et c'est exactement ce que les médecins supposent. Vous voyez, son raisonnement circulaire.
    C'est un système fermé. Il n'admet aucune faute. Pas de faute possible. Si une personne qui reçoit un vaccin contre l'hépatite contracte l'hépatite ou une autre maladie, l'hypothèse automatique est que cela n'a rien à voir avec la maladie.
    Q : Au cours de vos années de travail dans l'établissement de vaccins, combien de médecins avez-vous rencontrés qui ont admis que les vaccins constituaient un problème ?
    R : Aucun. Quelques-uns ont remis en question en privé ce qu'ils faisaient. Mais ils n'entreraient jamais en bourse, même au sein des entreprises.
    Q : Quel a été le tournant pour vous ?
    R : J'avais un ami dont le bébé est mort après une injection de DPT.

     


     


    Q : Avez-vous enquêté ?
    R : Oui, de façon informelle. J'ai découvert que ce bébé était en parfaite santé avant la vaccination. Il n'y avait aucune raison de sa mort, à part le vaccin. C'est ainsi que j'ai commencé à douter.
    Bien sûr, je voulais croire que le bébé avait reçu un mauvais tir d'un mauvais lot. Mais au fur et à mesure que j'approfondissais la question, j'ai constaté que ce n'était pas le cas en l'occurrence, que j'étais entraîné dans une spirale de doutes qui s'intensifiait avec le temps. J'ai continué à enquêter. J'ai constaté que, contrairement à ce que je pensais, les vaccins ne sont pas testés de manière scientifique.
    Q : Que voulez-vous dire ?
    R : Par exemple, aucune étude à long terme n'est faite sur les vaccins. Le suivi à long terme n'est pas fait avec soin. Pourquoi ? Parce que, encore une fois, on suppose que les vaccins ne causent pas de problèmes. Alors pourquoi quelqu'un devrait-il vérifier ? De plus, une réaction vaccinale est définie de manière à ce que toutes les mauvaises réactions se produisent très rapidement après l'injection. Mais cela n'a pas de sens.
    Q : Pourquoi cela n'a-t-il pas de sens ?
    R : Parce que le vaccin agit évidemment dans l'organisme pendant une longue période de temps après son administration.  Une réaction peut être graduelle. La détérioration peut être graduelle. Des problèmes neurologiques peuvent se développer avec le temps. Ils le font dans diverses conditions, même selon une analyse conventionnelle. Alors pourquoi cela ne pourrait-il pas être le cas avec les vaccins ?
    Si l'empoisonnement chimique peut se produire graduellement, pourquoi ne pourrait-il pas en être ainsi avec un vaccin contenant du mercure ?
    Q : Et c'est ce que vous avez trouvé ?
    R : Oui. Vous avez affaire à des corrélations la plupart du temps. Les corrélations ne sont pas parfaites. Mais si vous obtenez 500 parents dont les enfants ont subi des dommages neurologiques pendant une période d'un an après avoir reçu un vaccin, cela devrait suffire à déclencher une enquête intense.
    Q : Est-ce que cela a été suffisant ?
    R : Non, jamais. Cela vous dit quelque chose tout de suite.

    Q : Qu'est-ce que c'est ?
    R : Les personnes qui mènent l'enquête ne sont pas vraiment intéressées à examiner les faits. Ils supposent que les vaccins sont sûrs. Donc, lorsqu'ils enquêtent, ils arrivent invariablement à disculper les vaccins. Ils disent : "Ce vaccin est sûr." Mais sur quoi basent-ils ces jugements ?
    Ils se basent sur des définitions et des idées qui excluent automatiquement une condamnation du vaccin.

    Q : Il y a de nombreux cas où une campagne de vaccination a échoué. Où les gens ont contracté la maladie contre laquelle ils ont été vaccinés.
    R : Oui, tu es beaucoup d'exemples de ce genre. Et ici, les preuves sont tout simplement ignorées. C'est à prix réduit. Les experts disent, s'ils disent quoi que ce soit, qu'il s'agit d'une situation isolée, mais dans l'ensemble, le vaccin s'est avéré sûr. Mais si vous additionnez toutes les campagnes de vaccination où des dommages et des maladies se sont produits, vous réalisez qu'il ne s'agit PAS de situations isolées.
    Q : Avez-vous déjà discuté de ce dont nous parlons ici avec des collègues, alors que vous travailliez encore dans l'établissement de vaccins ?
    R : Oui, je l'ai fait.
    Q : Que s'est-il passé ?
    R : À plusieurs reprises, on m'a dit de me taire. Il était clair que je devais retourner au travail et oublier mes doutes. À quelques occasions, j'ai rencontré la peur. Des collègues ont essayé de m'éviter. Ils sentaient qu'on pouvait les étiqueter de "culpabilité par association". Mais dans l'ensemble, je me suis bien comporté. Je me suis assuré de ne pas me créer des problèmes.

     


     


    Q : Si les vaccins font vraiment du mal, pourquoi les administre-t-on ?
    R : Tout d'abord, il n'y a pas de "si". Ils font du mal. Il devient plus difficile de décider s'ils causent du tort aux personnes qui ne semblent pas avoir subi de préjudice. Il s'agit donc du genre de recherche qui devrait être faite, mais qui ne l'est pas. Les chercheurs devraient sonder pour découvrir une sorte de carte, ou organigramme, qui montre exactement ce que les vaccins font dans le corps à partir du moment où ils entrent dans le corps.
    Cette recherche n'a pas été faite. Quant à la raison pour laquelle ils sont donnés, nous pourrions rester assis ici pendant deux jours et discuter de toutes les raisons. Comme vous l'avez dit à maintes reprises, à différents niveaux du système, les gens ont leurs motivations.
    L'argent, la peur de perdre un emploi, le désir de gagner des points brownie, le prestige, les prix, les promotions, l'idéalisme erroné, les habitudes irréfléchies, etc.
    Mais, au plus haut niveau du cartel médical, les vaccins sont une priorité absolue parce qu'ils affaiblissent le système immunitaire.
    Je sais que c'est difficile à accepter, mais c'est vrai. Le cartel médiatique, au plus haut niveau, n'a pas pour but d'aider les gens, mais de leur nuire, de les affaiblir. Pour les tuer.
    À un moment donné de ma carrière, j'ai eu une longue conversation avec un homme qui occupait une haute fonction gouvernementale dans un pays africain.
    Il m'a dit qu'il était au courant. Il m'a dit que l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), est une façade pour ces intérêts de dépeuplement.
    Il y a un souterrain, disons, en Afrique, composé de divers fonctionnaires qui essaient sincèrement de changer le sort des pauvres. Ce réseau de personnes sait ce qui se passe.
    Ils savent que des vaccins ont été utilisés, et sont utilisés pour détruire leurs pays, pour les rendre mûrs pour des prises de pouvoir par des puissances mondialistes. J'ai eu l'occasion de parler avec plusieurs de ces personnes de ce réseau.

     


     


    Q : Thabo Mbeki, le président de l'Afrique du Sud, est-il au courant de la situation ?
    R : Je dirais qu'il est partiellement conscient. Il n'est peut-être pas totalement convaincu, mais il est en train de réaliser toute la vérité. Il sait déjà que le VIH est un canular. Il sait que les médicaments contre le sida sont des poisons qui détruisent le système immunitaire. Il sait aussi que s'il s'exprime, de quelque façon que ce soit, sur la question des vaccins, il sera qualifié de fou. Il a assez d'ennuis après sa position sur la question du sida.
    Q : Ce réseau dont vous parlez. Il a accumulé une énorme quantité d'informations sur les vaccins. La question est de savoir comment mettre en place une stratégie efficace. Pour ces gens, c'est une question difficile. Et dans les pays industrialisés ?
    Le cartel médical a une emprise, mais elle diminue.
    Principalement parce que les gens ont la liberté de remettre en question les médicaments.
    Cependant, si la question du choix (le droit de prendre ou de rejeter n'importe quel médicament) ne s'impose pas, ces mandats à venir sur les vaccins contre les germes de guerre biologique vont l'emporter. C'est un moment important. Le vaccin contre l'hépatite semble être une bonne avenue.
     

    R : Je pense que oui, oui. Dire que les bébés doivent être vaccinés - et ensuite, dans le prochain souffle, admettre qu'une personne contracte l'hépatite B à la suite de contacts sexuels et de partage de seringues - est une juxtaposition ridicule.
    Les autorités médicales essaient de se couvrir en disant qu'environ 20.000 enfants aux États-Unis contractent chaque année l'hépatite B de "causes inconnues", et c'est pourquoi chaque bébé doit être vacciné.
    Je conteste ce chiffre de 20.000 et les soi-disant études qui l'étayent.
    Andrew Wakefield, le médecin britannique qui a découvert le lien entre le vaccin ROR et l'autisme, vient d'être licencié d'un hôpital de Londres. Oui, Wakefield a rendu un grand service. Ses corrélations entre le vaccin et l'autisme sont stupéfiantes.
    Vous savez peut-être que l'épouse de Tony Blair s'intéresse aux médecines douces. Il est possible que leur enfant n'ait pas reçu le vaccin ROR.
    Blair a récemment éludé la question dans des interviews à la presse, et il a fait croire qu'il s'opposait simplement à une remise en question envahissante de sa "vie personnelle et familiale". Quoi qu'il en soit, je crois que sa femme a été muselée.

     


     


    Je pense que, si on lui en donnait l'occasion, elle dirait au moins qu'elle sympathise avec toutes les familles qui se sont manifestées et qui ont déclaré que leurs enfants ont été gravement endommagés par le RMM.
    Les journalistes britanniques devraient essayer de lui faire comprendre.
    Ils ont essayé. Mais je pense qu'elle a passé un accord avec son mari pour se taire, quoi qu'il arrive. 

    Elle pourrait faire beaucoup de bien si elle ne tient pas sa promesse. 
    On m'a dit qu'elle est sous pression, et pas seulement de son mari. Au niveau qu'elle occupe, le MI6 et les autorités sanitaires britanniques entrent dans la loi. C'est considéré comme une question de sécurité nationale.
    C'est la sécurité nationale, une fois qu'on comprend le cartel médical. C'est la sécurité mondiale. Le cartel opère dans tous les pays. Il garde avec zèle le caractère sacré des vaccins. Questionner ces vaccins est au même niveau qu'un évêque du Vatican qui remet en question la sainteté du sacrement de l'Eucharistie dans l'Église catholique.
    Je sais qu'une célébrité hollywoodienne a déclaré publiquement qu'il ne veut pas se faire vacciner est en train de se suicider.
    Hollywood est étroitement lié au cartel médical. Il y a plusieurs raisons, mais l'une d'entre elles est simplement qu'un acteur célèbre peut tirer une énorme quantité de publicité s'il dit TOUT.
    En 1992,1 était présent à votre manifestation contre la FDA au centre-ville de Los Angeles. Un ou deux acteurs se sont prononcés contre la FDA. 

    Depuis ce temps, vous auriez du mal à trouver un acteur qui s'est prononcé à ma façon contre le cartel médical. 

     


     


    Q : Au sein de l'Institut national de la santé, quelle est l'humeur, quel est l'état d'esprit de base ?
    R : Les gens sont en compétition pour l'argent de la recherche. La dernière chose à laquelle ils pensent, c'est de remettre en question le statu quo. Ils sont déjà dans une guerre intra-muros pour cet argent, ils n'ont pas besoin de plus d'ennuis. Il s'agit d'un système très isolé. Cela dépend de l'idée que, dans l'ensemble, la médecine moderne a beaucoup de succès à chaque frontière.
    Admettre des problèmes systémiques dans n'importe quel domaine, c'est jeter le doute sur l'ensemble de l'entreprise. On pourrait donc penser que le NIT est le dernier endroit où l'on devrait penser à organiser des manifestations. Mais c'est l'inverse qui est vrai. Si cinq mille personnes se présentaient là-bas pour exiger un compte rendu des avantages réels de ce système de recherche, exigeant de savoir quels avantages réels en matière de santé ils ont procurés au public grâce aux milliards de dollars gaspillés qui ont été acheminés à cette installation, quelque chose pourrait commencer.
    Une étincelle pourrait exploser. Vous pourriez avoir, avec d'autres démonstrations, toutes sortes de retombées. Chercheurs - quelques uns pourraient commencer à divulguer de l'information.

    Q : Une bonne idée.
    R : Les personnes en costume se tenant aussi près de l'immeuble que la police le permet. Les gens en costumes d'affaires, en jogging, les mères et les bébés. Les gens bien nantis, les pauvres. Toutes sortes de gens.
    Q : Qu'en est-il du pouvoir destructeur combiné d'un certain nombre de vaccins administrés aux bébés de nos jours ?
    R : C'est une parodie et un crime. Encore une fois, on suppose que les vaccins sont sûrs et, par conséquent, qu'un certain nombre de vaccins administrés ensemble sont également sûrs. Mais la vérité, c'est que les vaccins ne sont pas sûrs. Par conséquent, les dommages potentiels augmentent lorsque vous donnez beaucoup d'entre eux dans un court laps de temps.
    Q : Ensuite, il y a la saison de la grippe d'automne.
    R : Oui. Comme si ce n'était qu'à l'automne que ces germes flottent vers les États-Unis en provenance d'Asie. Le public avale cette prémisse. Si cela se produit en avril, c'est un mauvais rhume. Si cela se produit en octobre, c'est la grippe.
    Q : Regrettez-vous d'avoir travaillé toutes ces années dans le domaine des vaccins ?
    R : Oui. Mais après cet entretien. Je le regretterai un peu moins. Et je travaille d'autres façons. Je donne de l'information à certaines personnes, quand je pense qu'elles l'utiliseront bien.
    Q : Quelle est la seule chose que vous voulez que le public comprenne ?
    R : Que la charge de la preuve dans l'établissement de l'innocuité et de l'efficacité des vaccins incombe aux personnes qui les fabriquent et les homologuent pour l'usage public. Juste ça.
    Le fardeau de la preuve n'incombe pas à vous et à moi. Et pour la preuve, vous avez besoin d'études à long terme bien conçues. Vous avez besoin d'un suivi complet.
    Vous devez interroger les mères et prêter attention à ce que les mères disent de leurs bébés et à ce qui leur arrive après la vaccination. Tu as besoin de toutes ces choses.
    Les choses qui ne sont pas là.

     


     


    Q : Les choses qui ne sont pas là ?
    R : Oui
    Q : Pour éviter toute confusion, j'aimerais que vous passiez en revue, une fois de plus, les problèmes de maladie que les vaccins peuvent causer. Quelles maladies, comment ça arrive.
    R : Il s'agit essentiellement de deux résultats potentiellement néfastes. Premièrement, la personne contracte la maladie à partir du vaccin.
    Il attrape la maladie dont le vaccin est censé le protéger. Parce qu'il y a une version de la maladie dans le vaccin pour commencer.
    Ou deux, il n'a pas CELA maladie, les bébés sont impliqués, ce sont les parents qui prennent les décisions. Ces parents ont besoin d'une bonne dose de vérité. Qu'en est-il de l'enfant dont j'ai parlé et qui est mort à la suite de l'injection de DPT ? Sur quelles informations ses parents ont-ils agi ? Je peux vous dire que c'était lourdement pesé. Ce n'était pas de l'information réelle.

    Q : Les gens des relations publiques médicales, de concert avec la presse, font peur aux parents avec des scénarios terribles sur ce qui arrivera si leurs enfants n'ont pas de piqûres.
    R : Ils donnent l'impression que c'est un crime de refuser le vaccin. Ils l'assimilent à de mauvaises pratiques parentales.
    Vous combattez cela avec de meilleures informations.
    C'est toujours un défi de rejeter la faute sur les autorités. Il est de la responsabilité de chacun de se décider.
    Le cartel médical aime ce pari. C'est parier que la peur va gagner.
     



    Copyright © 2018, GROUP K, Ltd. 
    Source : NEIL KEENAN UPDATE

    « ⇒La footbalisation des esprits : L’extazy de l’éphémère⇒Adieu la censure : Activiste des droits numériques Création d'Internet à code source ouvert, libre de l'espionnage gouvernemental »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :