Les équations de Maxwell 
Utilisant des modèles mathématiques, James Clerk Maxwell avait précédemment suggéré que deux types différents de perturbations électriques pourraient exister dans la nature. Un type était une onde électrique longitudinale qui nécessitait des concentrations alternées de pulsations densifiées et raréfiées de champs électrostatiques qui se déplaçaient le long d'un seul vecteur (aujourd'hui, nous les appelons ondes stationnaires ou ondes scalaires). Maxwell a fini par rejeter cette idée parce qu'il était convaincu que ce type de propagation d'ondes était impossible à réaliser, mais son hypothèse était erronée et présagerait plus tard des conséquences formidables pour Tesla et le monde en général. 
  
La deuxième postulation de Maxwell était celle d'une onde électromagnétique transversalecela présentait une alternance rapide de champs électriques le long d'un axe fixe qui rayonnait loin de son point d'origine à la vitesse de la lumière et était détectable à de grandes distances. Maxwell avait plus confiance en l'existence de ce type de vague et encourageait les expérimentateurs à regarder dans cette direction. C'était la découverte de ce type d'onde que Hertz avait revendiqué, mais Tesla était méticuleux et méticuleux dans la réplication des paramètres expérimentaux de Hertz et il ne pouvait pas obtenir les résultats revendiqués par Hertz.

Tesla a découvert une faille fondamentale dans l'expérience de Hertz: Hertz n'avait pas pris en compte la présence d'air dans ses expériences. Hertz avait identifié par erreur les inductions électrostatiques ou les ondes de choc électrifiées comme de véritables ondes électromagnétiques. Tesla était attristée d'apporter cette nouvelle à l'éminent académicien, mais elle estimait que l'honnêteté scientifique était primordiale si l'on voulait progresser. Tesla a rendu visite à Hertz en Allemagne et lui a personnellement démontré l'erreur expérimentale. Hertz était d'accord avec Tesla et avait prévu de retirer sa revendication, mais les réputations, les agendas politiques, la fierté nationale, et surtout, de puissants intérêts financiers,

L'introduction de Tesla aux phénomènes de l'énergie radiante a commencé avec des observations précoces par des juges de lignes travaillant pour Thomas Edison, l'ancien employeur de Tesla.

Anomalies DC 
Avant que l'invention du générateur Polyphase AC par Tesla devienne la norme de l'industrie et dépasse l'utilisation de générateurs DC par Thomas Edison, le système électrique DC était le seul système disponible pour fournir de l'électricité aux maisons et aux usines américaines. En raison de la résistance offerte par les longues lignes de transmission, Edison a dû produire des tensions continues très élevées de ses générateurs afin de fournir suffisamment de tension et de courant à sa destination finale. Il a également dû fournir des stations de «pompage» supplémentaires en cours de route pour augmenter la tension d'affaissement qui a diminué des pertes de ligne. Une anomalie curieuse s'est produite au tout premier instant de la mise en marche de l'interrupteur d'alimentation à la centrale:Des pointes violettes / bleues rayonnent dans toutes les directions le long de l'axe des lignes électriques pendant un instant . En outre, une sensation choquante, choquante comme un rayon a été ressentie par ceux qui se tenaient près des lignes de transmission. Dans certains cas, lorsque des tensions DC très importantes surgissaient des générateurs, la sensation de «picotement» était si grande que, de temps en temps, une pointe bleue sautait de la ligne et se fondait sur un ouvrier, le tuant dans le processus.

Tesla a réalisé presque immédiatement que les électrons n'étaient pas responsables d'un tel phénomène parce que les phénomènes de pic bleu cessaient dès que le courant indiquait circuler dans les lignes. Quelque chose d'autre se passait juste avant que les électrons aient une chance de se déplacer le long du fil. À l'époque, personne ne semblait très intéressé à découvrir pourquoi ces élévations dramatiques du potentiel électrique statique se produisaient, mais plutôt les efforts de conception technique visaient à éliminer et à éteindre cette étrange anomalie qui était considérée par tout le monde comme une nuisance ... sauf Tesla. Tesla le considérait comme une forme d'énergie puissante, mais inconnue, qui devait être comprise et exploitée si possible. Le phénomène ne s'est manifesté que dans le premier moment de la fermeture du commutateur, avant que les électrons puissent commencer à se déplacer. Il semblait y avoir un effet de «regroupement» ou de «suffocation» en jeu, mais seulement brièvement. Une fois que les électrons ont commencé leur mouvement dans le fil, tout reviendrait à la normale. Quelle était cette énergie étrange qui essayait de se libérer si fort au moment de la fermeture du commutateur? .

Tesla, génie hors du temps 
Dans le dernier quart du 19ème siècle, Tesla était seul dans son opposition aux vues fondamentales de la nature des forces électriques décrites par trois des plus grands noms de la science électrique: James Clerk Maxwell, Herman Von Helmholtz et Heinrich Hertz. Tesla a possédé une vision plus large du cosmos parce que son sens aigu de la conscience et surtout ses intuitions intuitives naturelles lui ont donné une compréhension plus profonde du rôle que l' éther (ou éther ) a joué dans les manifestations de tous 

Teslaportrait1904phénomènes électriques alors que ses contemporains ont concentré leur attention exclusivement sur la composante électromagnétique (en supposant qu'aucun autre composant ne pourrait être impliqué). Ce manque de perspicacité éthérique de la part de ses contemporains (à l'exception de Sir William Crookes) et la controverse enflammée que la simple mention de l'éther avait suscitée était de provoquer le ridicule et le sarcasme de Tesla d'intellectuels inférieurs pendant des décennies. La controverse éthérée s'est largement dissipée dans l'arène académique après la publication de la théorie de la relativité d'Eienstein (1905) et l'expérience Michaelson-Morley qui déclarait essentiellement que la théorie de l'éther était morte, mais les idées et déductions de Tesla concernant le rôle de l'éther corriger tout le long.

L'éther existait alors et il existe maintenant, malgré les dérives de l'étape de verrouillage par la science dominante, passée ou présente. Rudolf Steiner, un autre homme de génie, a affirmé que l'éther était composé de quatre fractions qu'il a décrites comme 1) l'éther de lumière, 2) l'éther de chaleur, 3) l'éther chimique, et 4) l'éther de vie, une combinaison de Trois premiers. Les expériences de Tesla à New York et au Colorado lui ont confirmé que l'énergie rayonnante était liée à l'éther insaisissable, mais pouvait se manifester par la rupture brusque de l'équilibre des fractions éther en utilisant des impulsions de grande amplitude de courte durée. 
C'était la clé qui a débloqué l'énergie radiante.

"Voyez l'excitation venir!" 
Ce sont les mots que Tesla a utilisés à la fin de sa conférence de décembre 1892, "The Dissipation of Electricity". Il débordait de dynamisme et d'optimisme pour l'avenir. Dans les années 1890, Tesla mena un grand nombre d'expériences qui confirmèrent sa théorie et affinèrent sa compréhension des conditions spéciales requises pour que l'énergie rayonnante s'exprime. Plus tard, il a élargi son travail à New York avec les essais expérimentaux à grande échelle menées à Colorado Springs, Colorado en 1899. 

teslaColoradoSprings1899

Tesla, l'humanitaire, voulait plus que tout partager cette énorme découverte avec son prochain. Tesla a parlé des applications pratiques de l'énergie radiante qui étaient si étendues qu'elles auraient pu créer un saut profond et immense dans le futur pour l'humanité dans pratiquement tous les secteurs de la vie quotidienne:

 Une électricité illimitée peut être mise à disposition n'importe où et n'importe quand, en poussant simplement une tige dans le sol et en allumant l'appareil électrique. Les maisons, les fermes, les bureaux, les usines, les villages, les bibliothèques, les musées, les réverbères, etc., pourraient répondre à tous leurs besoins d'éclairage simplement en accrochant des ampoules ordinaires ou des tubes fluorescents, sans avoir besoin de câblage. 24 heures par jour. L'énergie de moteur pour n'importe quelle utilisation imaginaire telle que les applications industrielles, le transport, les tracteurs, les camions, les trains, les bateaux, les automobiles, les avions et les avions pourrait être alimentée librement n'importe où sur la planète à partir d'un seul émetteur grossissant. Cette nouvelle forme d'énergie avait même la capacité d'élever la conscience humaine à des niveaux de compréhension et de clarté mentale grandement améliorés. Il aurait été possible de réaliser des applications thérapeutiques sans intérêt pour améliorer la santé humaine et éliminer les maladies, il y a 100 ans, si Tesla avait été autorisé à terminer son développement commercial de Radiant Energy. Mais de puissants barons de l'industrie, principalement en la personne de John Pierpont Morgan, se sont entendus pour lui refuser le soutien financier dont il avait besoin et, ce faisant, ont refusé à l'humanité l'un des dons d'énergie libre les plus abondants et les plus inépuisables.

Le Transmetteur Magnifier 
Le plus proche Tesla est venu à une application industrielle mondiale de son rêve Radiant Energy était la construction de son énorme émetteur Magnifying à Shoreham, Long Island, un site qu'il a appelé Wardenclyffe. Après son retour à New York de Colorado Springs en 1899, Tesla était enthousiaste et plein d'enthousiasme pour mettre en œuvre son plan pour l'application commerciale de l'énergie radiante. Il s'est tourné vers JP Morgan pour une partie substantielle du financement pour financer l'énorme projet de Wardenclyffe. 

WardenclyffeMorgan se préoccupait principalement de tirer profit des transmissions radiophoniques à l'étranger puisque Marconi fermait rapidement le marché et Morgan, toujours agresseur, voulait une part du marché. Lorsque Tesla lui a dit que l'émetteur pouvait transmettre "l'intelligence" au monde, Morgan a supposé qu'il entendait les communications radio ordinaires, mais Tesla ne faisait pas référence aux transmissions radio ordinaires. Il parlait de quelque chose de beaucoup plus grand, mais évitait de tout révéler à Morgan durant cette première phase du projet Wardenclyffe. Quelques temps plus tard, Tesla finit par se sentir obligé de dire à Morgan les plus grandes possibilités offertes par le Magnifying Transmitter quand il avait besoin de plus de financement pour terminer le projet. Tesla pensait que Morgan serait submergé par son explication élargie des capacités réelles de l'émetteur et serait anxieux d'achever le travail, mais l'hypothèse de Tesla s'était retournée contre lui et Morgan refusa de mettre plus d'argent pour l'émetteur. Malheureusement, les énormes avantages qui auraient pu être mis à la disposition de la société par le projet Magnifying Transmitter de Tesla sont morts à l'époque.

Morgan et Westinghouse 
Morgan avait déjà orchestré des circonstances dans la vie de Tesla afin de forcer Tesla à dépendre de lui pour un soutien financier. Au cours d'une période antérieure, quand Tesla lui-même avait reçu des millions de Polynastie AC et d'autres revenus, Morgan voulut séduire Tesla avec un accord qui donnait à Morgan le contrôle de ses droits de brevet et de ses projets, mais Tesla refusa. qu'il avait assez d'argent pour financer ses projets. En revenant à son hôtel de cette même réunion avec Morgan, cependant, Tesla a été dit que son laboratoire avait été brûlé au sol. Cela représentait une énorme perte pour Tesla et cela le secoua profondément. Tout le monde, bien sûr, était convaincu que Morgan était derrière l'incendie criminel. Afin de sauver la face, Morgan a été embarrassé par Tesla en mettant de l'argent pour payer la reconstruction d'un nouveau laboratoire comme un acte de «philanthropie». À partir de ce moment-là, cependant, d'autres bailleurs de fonds n'ont pas été trouvés. Morgan était assez puissant pour dresser une liste noire de Tesla parmi les élites de l'establishment de l'Est qui, auparavant, avaient harcelé et fêté avec Tesla comme s'il était l'un des leurs. La liste noire et l'ostracisation par les autorités et les financiers ont quelque peu augmenté après la mort de Morgan, mais ont continué à hanter Tesla pour le restant de ses jours. Morgan était assez puissant pour dresser une liste noire de Tesla parmi les élites de l'establishment de l'Est qui, auparavant, avaient harcelé et fêté avec Tesla comme s'il était l'un des leurs. La liste noire et l'ostracisation par les autorités et les financiers ont quelque peu augmenté après la mort de Morgan, mais ont continué à hanter Tesla pour le restant de ses jours. Morgan était assez puissant pour dresser une liste noire de Tesla parmi les élites de l'establishment de l'Est qui, auparavant, avaient harcelé et fêté avec Tesla comme s'il était l'un des leurs. La liste noire et l'ostracisation par les autorités et les financiers ont quelque peu augmenté après la mort de Morgan, mais ont continué à hanter Tesla pour le restant de ses jours.

Avant le tournant du siècle, Tesla a également volontairement abandonné des millions, peut-être des milliards de dollars en redevances à George Westinghouse dans un acte d'amitié sans précédent. Westinghouse avait cru en la supériorité du système de courant alternatif de Tesla et avait fourni l'argent pour construire les grands générateurs de courant alternatif de Tesla à Niagra Falls, NY. Tesla a été payé des millions à l'avance pour ses brevets, mais devait également recevoir des redevances pour chaque kilowatt de puissance produite. Lorsque Westinghouse a rencontré des difficultés financières à une date ultérieure, Tesla a déchiré son contrat de redevances afin d'éviter à Westinghouse la ruine financière. S'il n'avait pas fait cela, Tesla aurait eu assez d'argent des redevances pour le maintenir dans une grande richesse pour le reste de sa vie.

On raconte souvent que lorsque Morgan a appris de Tesla que le véritable objectif de l'émetteur de Wardenclyffe était de fournir de l'électricité gratuite au monde, il a brusquement retiré le financement. Ce n'est pas complètement exact. Les conditions économiques étaient récessionnistes à l'époque et le marché boursier avait considérablement baissé cette année-là. Morgan n'était pas intéressé à risquer plus de capital dans des temps périlleux sur un projet qu'il ne pouvait pas complètement comprendre et n'était pas complètement convaincu de. Tesla détenait la propriété foncière du site et de la tour Wardenclyffe, mais aucun travail supplémentaire n'a été fait après 1910. En 1914, Tesla était profondément endetté et a signé l'acte de Wardenclyffe Station pour rembourser des années de loyer en raison des propriétaires du Nouveau. Yorker Hotel où il vivait (il occupait deux suites penthouse à l'hôtel). En 1917, les propriétaires de l'hôtel ont fait démolir la tour et vendre ses pièces à des fins de récupération. Malgré la perte de Wardenclyffe, Tesla a continué d'affiner sa compréhension de l'énergie radiante et de miniaturiser l'équipement nécessaire pour le produire. Il a finalement été en mesure de réduire l'équipement à la taille d'une valise.

Ken Adachi

Les convertisseurs de l'énergie des champs électriques

L'énergétique sans carburant - les générateurs à l’éléctricité naturelle

 

Il est connu que la planète Terre et son ionosphère forment « un condensateur sphérique » avec la réserve de l'énergie, d'après les estimations de E. Rauscher en 2002, d'environ 3∙109 kWh, et la capacité 15∙103 microfarads. Il crée un champ électrostatique d'intensité moyenne de 100 V/m. Cela « permet de percevoir la Terre en tant qu'un immense réservoir d'électricité ... » et donne de l'espoir pour l'humanité, aux dires de Nikola Tesla, « de connecter les machines à la source même de l'énergie de l'espace environnant ».  Une des conceptions possibles proposées par lui était une antenne sous la forme d'un ballon métallisé soulevé au-dessus du sol et servant pour le stockage de charge électrique. Connecté au convertisseur de puissance par un câble, cet accumulateur est capable d'utiliser l'énergie gratuite de l'électricité atmosphérique.

 

Une série d'expériences simples, qui confirment la possibilité « d'extraire la puissance de l'air », a été tenue par G. Svenson. La fréquence naturelle des pulsations du champ électrique de la planète 7,5 Hz est connue depuis l'époque de Tesla. Svenson travaillait avec une fréquence de résonance de 375 kHz et une antenne de 10 mètres. La mise en œuvre de cette méthode d'extraction de l'énergie de l'environnement est représentée aussi par le générateur électrostatique de Efimenko. Dans sa machine, un rotor cylindrique tourne dans le champ électrique à potentiel, créant, au moyen d'une dynamo classique, la puissance d'environ 70 watts. La source de champ (≈ 6000 V) est le champ électrique de la Terre et pour cela, l'installation comprend une antenne et une mise à la terre. Des dispositifs similaires pour l'utilisation de la différence de potentiel entre la surface de la planète et l'ionosphère sont connus depuis les années 1800. Dans ce cas-là, ce n'est pas la question qui est d'intérêt, mais sa solution.

 

La mise en oeuvre des effets « électrodynamiques » associés au mode impulsionnel des dispositifs utilisant l'électricité naturelle, est beaucoup plus prometteuse. Déjà N. Tesla, qui dans les années 90 du XIX siècle menait des expériences avec un générateur de courant continu à haute tension, un éclateur et un transformateur à haute tension sans noyau (transformateur Tesla), a remarqué l'augmentation considérable de la puissance dégagée par un tel dispositif vers l'environnement par rapport à celle dégagée par le générateur de courant alternatif à haute fréquence avec un transformateur élévateur conventionnel. Il a appelé cette puissance supplémentairement attirée                                               « l'électricité radiante » et l'a assocée à l'éther, à l'opposé du courant électrique normal comme un flux d'électrons.

 

La raison de ceci était en un effet découvert par Tesla, quand le courant continu haute tension se déchargeait dans l'éclateur à étincelle et s'interrompait avant que le courant inverse n'ait apparu. Cet effet consistait en apparition de tension spatiale distribuée qui augmentait sur toute la longueur de la bobine secondaire de son transformateur non-électromagnétique et qui pouvait être des milliers de fois supérieure à la tension initiale à l'éclateur. Il augmentait grandement quand un condensateur était connecté au circuit de la source de courant continu à haute tension. Le flux d'énergie, provoqué par cet effet, se propageait comme un gaz incompressible, sous forme d'un flux longitudinal                   « semblable à la lumière » qui se déplaçait le long de la surface de la bobine dans le sens perpendiculaire aux spires, sans pénétrer à l'intérieur des conducteurs.

 

L'interruption rapide du courant continu par les disjoncteurs magnétiques engendrait une onde de choc dans le laboratoire où se trouvait le transformateur de Tesla,  qui pouvait être ressentie par un coup sec et une irritation électrique (le picotement) - pénétrant, à la différence du rayonnement électromagnétique classique, à travers les écrans métalliques et la plupart des diélectriques. Néanmoins, les impulsions d'une durée inférieure à 100 microsecondes, émises par le transformateur de Tesla, étaient absolument inoffensives pour l'homme et ne provoquaient pas d'échauffement. L'amplitude de ces impulsions était fonction de leur durée et de la tension sur l'éclateur. Elles créaient des effets lumineux dans des tubes à vide et provoquaient une « réaction » dans des métaux sous la forme de l'accumulation de charge électrique.

 

L'un des successeurs  de Tesla était Tomas Henri Moray, États-Unis. Dans les années 1909-1910, il a créé un nombre de dispositifs qui fonctionnaient, selon lui, avec la charge électrostatique de la Terre et l'ionosphère. Un dispositif de démonstration a été présenté à des experts pour examen (à l'exception d'une petite boîte que l'inventeur préférait garder dans sa poche de poitrine). Le dispositif comportait un condensateur, un transformateur élévateur, un éclateur et un panneaux avec deux tubes radio, ainsi qu'un aimant permanent, des commutateurs  et des luminaires de 100 et 20 W comme charge. Le dispositif n'avait pas de batterie, mais il y avait les antennes d'une longueur de 200 pieds, élevées à une hauteur d'environ 80 pieds, et une mise à la terre de profondeur de 7 pieds. Cet appareil a été testé pendant un temps assez long à domicile comme dans la montagne (loin des lignes électriques). Certains des dispositifs délivraient à la charge une puissance jusqu'à 650 W à une tension de 250 kV. Comme on peut le voir, le dispositif avait beaucoup de similitudes avec la technique de N. Tesla.

 

Beaucoup de ces éléments sont trouvables  dans le moteur-générateur  « supraunitaire » de Edwin Vincent Cray. Pendant la période de 1961 à 1986, il a construit et breveté plusieurs prototypes de dispositifs autonomes EMA (Electric Magnétic Association), capables de produire l'énergie électrique sans utiliser de carburant et de fournir de l'électricité à une maison, une voiture, un train ou un avion. Des maintes démonstrations de sa technique ont reçu une résonance enthousiaste dans la presse, et Gray a obtenu le titre de « L'inventeur de l'année » (1976) et un  « Certificat de qualité » de Ronald Reagan, alors gouverneur de Californie. L'opérabilité de la conception du moteur fut confirmée par H. Magretten.

 

Comme chez Tesla, le générateur de Gray était alimenté en courant continu à haute tension. Cependant, au lieu du générateur de courant continu à haute tension, il utilisait une batterie dont le courant de sortie était interrompu par un multivibrateur. Les impulsions du multivibrateur étaient amenées à l'enroulement primaire d'un transformateur classique dont l'enroulement haute tension était connectée au pont redresseur. Comme chez Tesla, une alimentation haute tension à courant continu chargeait périodiquement un condensateur à forte capacité. Un autre composant commun était un éclateur. Cependant, le dispositif Gray employait, au lieu de transformateur, un « tube modulaire de commutation et conversion », constitué d'une résistance, d'un éclateur et des grilles réceptrices de charge, c'est-à-dire, trois composants du dispositif de Tesla. C'était ce tube qui accomplissait le travail, alimentant le moteur, le téléviseur, la radio, les ampoules, etc. Le dispositif « à l'électricité froide » comme Gray l'appelait, fonctionnait probablement ainsi : la tension de la batterie  augmentait à 3000V et s'accumulait dans le condensateur de haute capacité. Ensuite, les impulsions se déchargeaient via l'éclateur commandé par des tubes électroniques, de telle sorte que la durée d'impulsion fût inférieure à 50 microsecondes. Cette séquence discontinue d'impulsions  passait par le tube de commutation et conversion pour être captée par les grilles réceptrices de charge. En tant qu'une charge, servait un transformateur abaisseur de la tension pour alimenter des lampes à incandescence et d'autres dispositifs de charge, ainsi qu'un transformateur abaisseur complémentaire pour charger une batterie secondaire. Commutant périodiquement les batteries, Gray non seulement récupérait l'énergie dépensée, mais aussi recevait un impressionnant « excès » d'énergie.

 

Cependant, toutes les tentatives de l'inventeur d'appliquer la technologie à des fins commerciales se sont soldées par un échec. À la fin des années 1970, la société Zeteh Incorporated a acheté la technologie de Gray; les tentatives de l'inventeur d'éveiller l'intérêt du gouvernement et du sénat des États-Unis n'ont pas reçu de réponse. Edwin Vincent Gray est mort en avril 1989 dans son atelier à Sparks, Nevada, à l'âge de 64, dans des circonstances mystérieuses.

 

Mais les idées ne meurent pas sans laisser de trace, ce qui confirme à nouveau le générateur de puissance Testatika inventé par Paul Baumann et construit dans la communauté chrétienne  Methernita (Suisse). Plusieurs générateurs livrent, pendant déjà plus de 30 ans, 750 kW d'électricité sans carburant, couvrant les besoins de la communauté, y compris les ateliers qui sont au même endroit.

 

Comme cela est le cas avec E. Gray, l'idée est venue à P. Baumann lors de l'étude de la foudre. Contrairement aux dispositifs de Tesla et de Gray, la machine de Baumann, pour générer une haute tension continue, utilise le générateur de Wimshurst (1832-1903) qu'on a cessé d'utiliser en pratique avec l'apparition des générateurs électromagnétiques. Le générateur de Wimshurst est composé des deux disques de contre-rotation, avec des segments en acier ou en aluminium fixés sur eux. La séparation des  charges électriques sur les segments de disque est assurée par le frottement des balais. Les balais effectuent la levée de la charge électrique des segments de disque. Ensuite, la charge s'écoule dans les bouteilles de Leyde et s'accumulent là. Dans la Testatika, la haute tension de ces condensateurs est appliquée à la partie supérieure de grandes bouteilles métalliques. (P. Baumann ne montre le contenu des bouteilles à personne, et les hypothèses étaient nombreuses, depuis des condensateurs avec des additifs d'uranium jusqu'à une combinaison étrange de cristaux et des aimants.) Puis la charge électrique s'écoule par la partie inférieure des bouteilles aux éclateurs à étincelle. À côté des éclateurs sont mis deux électroaimants en forme de fer à cheval. Ainsi, le générateur Baumann utilise les mêmes éléments pour intensifier l'étincelage et interrompre l'arc que le dispositif de Tesla.

 

Dans la machine de Baumann, l'autorotation des disques après l'impulsion initiale est due à la répulsion mutuelle des segments des deux roues en raison des forces d'interaction électromagnétique, car le disque rotatif électrisé du générateur  forme avec le circuit externe une boucle fermée du courant puissant circulant dans les disques dans la direction opposée. La contribution des forces de répulsion électrostatique est également possible. Le réglage de la rotation est effectué par le déplacement relatif des balais.

 

Un prototype de telle machine avec les disques d'un diamètre de 20 cm produisait environ 200 watts de puissance, alors que les machines Testatika ont les disques d'un diamètre de 2 mètres et la puissance de plus de 30 kW. Un module de diode spécial et les bouteilles de Leyde assurent le réglage de la fréquence. Le dispositif comprend également une part qui réduit la tension de 100 kV (ou plus) jusqu'à 220 V.

 

Stefan Marinov

Le fait que cette machine existe et fonctionne, fut confirmé par les rapports de 12 chercheurs compétents qui ont visité la communauté à différents moments pour examiner et tester les performances de Testatika  (y compris le professeur Stefan Marinov qui a construit un modèle opérationnel du générateur et qui est mort finalement dans des circonstances mystérieuses). Cependant, tous ces rapports tombent d'accord que les principes de fonctionnement de Testatika restent peu clairs.  

 

Marinov

Le dispositif de William Hyde est l'une des conceptions modernes dont la solution technique est proche de celle de la machine de Baumann. L'auteur l'a appelé  « un système produisant l'énergie depuis le champ électrique ». Il comprend des éléments traditionnels du générateur électrostatique utilisant les disques rotatifs avec les segments comme dans le convertisseur suisse Testatika. Dans le prototype de 1987, Hyde utilisait jusqu’à 240 segments de rotor et 480  segments de stator. Son générateur tourne à une vitesse d'un ordre de grandeur supérieure de la vitesse de  Testatika. En outre, Hyde a introduit dans la constitution plusieurs nouveaux éléments - les disques de stator sur les plaques d'électrode, la source externe de tension de 3 kV qui charge les plaques d'électrode, etc. Avec tel potentiel, la tension des impulsions sur le stator atteint 300 kV. Dans sa machine, les doubles disques rotatifs tournent dans le même sens. Ainsi, les paires de segments de stator sont mis périodiquement à l'abri de l'influence polarisant de l'excitateur. Chaque segment de stator est connecté électriquement à un élément de paire par un circuit dans lequel des impulsions de tension sont rectifiées et abaissées pour le circuit de sortie. Afin d'accélérer le rotor de la machine, Hyde utilise un champ  électrostatique à potentiel dans la partie du trajet où le travail du champ est positif. Mais là où il inhibe le rotor, Hyde le met partiellement à l'abri. Cela crée un déséquilibre Fi' et Fi", permettant de recevoir l'énergie d'une source stationnaire du champ. La puissance débitée de son générateur est de 22,9 kW, avec la puissance d'entrée de 2,4 kW et la puissance totale sur la charge de 20,5 kW. Au final, et avec le descriptif technique qui existe, le générateur autorotateur électrostatique de Hyde est l'une des conceptions les plus attractives parmi les générateurs sans carburant.

 

La dynamo hydromagnétique de O. Gritskevitch mérite également l'attention. Elle fut brevetée en 1988 en Union Soviétique comme « un procédé de génération et un générateur de plasma électrostatique qui l'utilise ». Considérant notre planète comme un énorme générateur électrostatique, l'inventeur a proposé une méthode pour convertir le champ de force de la planète en énergie utile. Cette méthode est basée sur des principes physiques connus, mais implique des solutions constructives uniques.

 

La dynamo « non-mécanique » de Gritskevitch était de la forme d'un tore dans lequel l'eau fait fonction d'un rotor. Ces générateurs, surnommés « réchauffeur d'eau », ne comportaient pas de pompe et ni pièce frottant, et pouvaient fonctionner pendant des années pratiquement sans entretien, ne consommant pas un gramme de carburant. Cependant, ils étaient compacts et pouvaient être placés dans chaque foyer et même voiture. Le coût de l'énergie produite par eux était 40 fois moins que celui pour une centrale atomique, 20 fois que pour une centrale thermique et 4 fois moins que pour l'énergie d'une éolienne. Le premier prototype fonctionnait avec succès depuis plus de cinq ans dans la montagne de l'Arménie, fournissant l'électricité au camp de recherche sur le terrain. Cependant, malgré le certificat du Rospatent [office des brevets de Russie] et l'approbation de la communauté scientifique, la dynamo hydromagnétique de Gritskevitch n'a trouvé aucune demande commerciale ni en Russie, ni aux États-Unis, où l'inventeur et ses sept collègues du bureau d'études s'en sont allés à la fin de 1999.

 

Ce fait montre une fois de plus, que le problème n'est pas lié seulement à la validité scientifique des générateurs sans carburant, voire non pas à la recherche des conceptions les plus réussies, mais à la géopolitique des propriétaires du secteur de l'énergie.

 

 

V. A. Etkine, docteur-ingénieur

Source samlib.ru (publié en 2008, modifié en 2011) et la version complète en pdf et doc

Traduit par Olga (TdR)