• Encors une fois le Professeur Davidovits met à bas la théorie officiel de la construction des Pyramides.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Le Vegvisir est l’un des symboles scandinaves les plus anciens et sacrés et il est originaire d’Islande. « Vegur » signifie – route ou sentier et « Vísir » signifie – Guide.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La pilule verte : Les pyramides et l’Atlantide – Documentaire de divulgation


    votre commentaire
  • ⇒Des drones filment d'énormes structures artificielles le long de la côte de l'île de Pohnpei dans le Pacifique - Une autre ville ancienne découverte ?

    Des ruines anciennes au milieu de l'océan Pacifique pourraient être les restes d'une race légendaire ou oserions-nous dire...... de l'Atlantide ?

    Les vidéos de la série « Science Channel What on Earth ? » révèlent des images d'un endroit mystérieux juste au large des côtes de la minuscule nation de Micronésie. 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • ⇒De nouvelles données révèlent les mécanismes cachés de l’effondrement de l’Empire romain

    Les raisons de la chute de l’Empire romain d’Occident sont restées un mystère pour les historiens modernes, tout comme pour les Romains eux-mêmes. Pourtant, les données récentes d’une carotte de glace du Groenland nous fournissent de nouvelles données sur l’effondrement de l’Empire, montrant à quel point il a été rapide et brutal − un véritable « effondrement de Sénèque ». Notre civilisation pourrait-elle prendre le même chemin ?

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • ⇒Mise au Point sur les Juifs et Israël !

    Les Juifs d'origine ont été infiltrés par les Edomites et Khazariens qui avaient pour objectif de prendre le contrôle du Monde !
    La Juge Anna Von Reitz qui intervient régulièrement aux États-Unis pour rétablir une vraie justice et les lois d'origine, avait fait paraître un article sur les 13 tribus d'Israël, qui est contesté ici ! 
    Voici cette mise au point !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • ⇒Israël et son voisinage arabe: Délire sioniste (1) et huburisité (2) de l’inimitié

    Divagation
    I- La Palestine comme scène originaire
    I.1. Le Palestinien: de l’«ennemi absolu» ou du «Terroriste»
    I.2. Des pratiques de l’inimitié
    I.2.1. De la guerre dans la guerre : expulsions massives et bains de sang

    • Des expulsions massives
    • Des bains de sang

    I.2.2. De la guerre dans la non-guerre ou de l’«état de guerre»: sociocide et sacérisation

    • Du sociocide
    • De la sacérisation

    I. Les scènes arabes
    II.1. Les Etats arabes du Bassin palestinien: de l’«ennemi proche» ou de l’«ennemi réel»
    II.2. Les Etats arabes du Bassin du Golfe: de l’«ennemi lointain» ou de l’«ennemi diplomatique»
    II.3. La «Rue arabe»: de l’«ennemi passif»
    III- Les scènes islamiques
    III.1. La scène sunnite: de l’«ennemi en pointillé» ou de l’«ennemi virtuel»
    III.2. La scène chiite après la révolution khomeyniste: de l’«ennemi proche et lointain» [Hezbollah et Iran]» mais néanmoins «ennemi existentiel»
    Encadré: Déni, dénégation ou forclusion?

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Mais l’Atlantide, c’est en Antarctique !??

    Face au mystère, l’homme a la liberté de penser ce qu’il veut, il peut imaginer parfois les choses les plus extravagantes. Au pôle Sud l’Atlantide ? Voilà qui est bien pratique pour les états car personne ne peut y aller hormis les autorités, c’est parfait pour inventer de toute pièce une nouvelle version de l’histoire afin d’établir un pouvoir totalitaire s’appuyant sur une nouvelle religion mondiale. J’avoue avoir pris la piste au sérieux, et faute de preuves, je ne peux nier la possibilité qu’il y ai eu de la vie humaine en Antarctique, je pense même qu’il y en a eu effectivement, puisqu’il a été attesté maintes fois qu’il y en avait près du pôle Nord il y a 10 000 ans. En effet les nombreux mamouths retrouvés en Arctique démontrent avec précision (puisqu’on a même retrouvé du sang !) qu’il y avait une végétation et un climat doux dans la zone polaire il y a 10 500 ans, pourtant on nous vend la glaciation de Würm comme durant depuis 100 000 ans, le réchauffement aurait commencé il y a seulement 10 000 ans, pour arriver au stade actuel qui dure depuis 6000 ans… Je fais parti de ceux qui pensent que la glaciation de Würm est une imposture de la « fine équipe » pour nous faire croire que les pôles sont gelés depuis 100 000 ans. Pas de possibilité donc, qu’il y ai eu de la vie en Arctique avec la théorie officielle, théorie qui s’avère donc totalement mensongère (grâce à nos fameux mamouths) et dont vous allez comprendre le pourquoi de l’imposture dans la suite de l’article.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • 1d100d780e6f45dcb7f60a60d0128057

    La plupart des historiens de la Nouvelle-France tiennent George Washington pour un assassin. Ce jugement tient-il du mythe ou de la réalité ? Pour clarifier la question, nous allons analyser ci-dessous les actes reprochés à ce grand personnage à la lumière du droit applicable aux événements incriminants, soit le droit international coutumier tel qu’il existait le 28 mai 1754, date des faits en cause.

    Ces événements sont survenus dans la vallée de l’Ohio, territoire sous juridiction de la France depuis l’époque de Cavelier de la Salle, mais que les coloniaux américains convoitaient depuis le début du XVIIIe siècle et que l’Angleterre revendiquait officiellement depuis janvier 1749, date de l’émission de lettres patentes royales en faveur de spéculateurs regroupés sous le nom de Ohio Company.

    Compte tenu du fait que les prétentions territoriales des deux Couronnes étaient irréconciliables, et que des gestes de violence ouverte avaient été posés par des sujets anglais contre des sujets français, il n’y a que le droit international coutumier qui puisse nous permettre de juger de la légalité des gestes imputés à Washington et à sa troupe.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Shigir idol

    Qu'est-ce qui est plus effrayant qu'une vieille momie desséchée ou un squelette avec un couteau en guise de prothèse de main ? Que diriez-vous d'une sculpture en bois de 3,3 m de haut, couverte de visages étranges, sculptée avant l'histoire enregistrée et tirée d'une tourbière en Russie ?

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • "L'histoire est écrite par les vainqueurs" dit on!

    << L'histoire est souvent rédigé par ceux qui ont des intérêts >>.

    Simeria: "L'autre Monde"

     

     

     
     

    votre commentaire
  • *Les livres saints réécrits ?

    Le noble Koran n’est point le premier à devoir passer, si l’on en croit quelques voix médiatiques néo-marxistes, au crible de la censure : l’Évangile l’a été et nous ne doutons pas que d’autres ouvrages classiques, au sens premier de ce mot latin, de fortifier la pensée et de l’armer, ne suivent le même chemin.

    Une épuration de nombreux auteurs est poursuivie, ainsi que les victimes de Staline étaient effacées du dictionnaire, comme si elles n’avaient jamais existé. Qui oserait commenter le plaidoyer de Cicéron en faveur de son client Flaccus gouverneur romain de Syrie poursuivi en justice par la communauté influente à Rome, « dans les assemblées », précise l’avocat, pour avoir interdit, conformément aux dispositions sénatoriales, l’exportation des capitaux vers Jérusalem qui était une ville politiquement syrienne, capitaux ensuite répartis dans le monde ?

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Au Soudan, sur le site de Sedeinga, des archéologues français ont exhumé le plus grand ensemble d’inscriptions méroïtiques connu à ce jour. 

    La plus ancienne écriture antique purement africaine.  

    Stèle d’Ataqeloula et ses rares écrits méroïtiques, découverte dans la nécropole de Sedeinga, au Soudan. Crédits: Vincent Francigny / Mission archéologique de Sedeinga



    ÉPIGRAPHIE

    Jamais autant de stèles inscrites de textes méroïtiques, le plus ancien témoignage d’écriture antique purement africaine, n’avait été découvertes dans un même lieu. 
    Et c’est dans la “cité des morts” de Sedeinga, une vaste nécropole située entre désert rocailleux et rives sauvages du Nil, qu’ont été retrouvés, au Soudan, enfouis parmi une centaine de vieilles pyramides funéraires aujourd’hui écrêtées, ces écrits vieux de 2300 ans laissés par les habitants du pays de Koush, un empire africain contemporain de l’Égypte ptolémaïque et de Rome (lire Sciences et Avenir n°783). 
    Mêlés à des linteaux et des montants de portes de chapelles décorés, les précieuses tablettes de pierre recouvertes d’inscriptions ont été mises au jour par les chercheurs du SFDAS, la Section française de la direction des antiquités du Soudan. 
     “Les pièces étaient littéralement les unes sur les autres et pourtant dans un état de conservation remarquable”, a déclaré Vincent Francigny, du Laboratoire d’anthropologie africaine du Muséum d’histoire naturelle de New York (États-Unis), codirecteur des fouilles conduites par Claude Rilly, spécialiste mondial de la langue et de l’écriture méroïtiques. 

    Une écriture encore largement obscure ! 
     

    “Ces nouveaux documents funéraires, sources d’une extrême richesse, vont nous permettre d’avancer dans la connaissance de la langue de Méroé ”, a ajouté l’expert, joint par Sciences et Avenir. 
    “Le système d’écriture méroïtique, le plus ancien de l’Afrique sub-saharienne, nous résiste en partie dans sa compréhension, même si on sait le lire depuis bientôt un siècle”, poursuit le spécialiste. 
    Encore largement obscure, cette écriture avait été créé par les souverains koushites pour transcrire leur langue, vers 250 avant notre ère. Jusque-là, seule celle des pharaons d’Égypte était employée. 
    Pour des raisons que l’on ignore, au IIIe siècle avant notre ère, les Méroïtes (du nom de Méroé, dernier royaume de Koush) ont sélectionné chez leur puissant voisin des signes à la fois hiéroglyphiques et cursifs (démotique) pour élaborer leur propre écriture en y ajoutant des valeurs phonétiques différentes.  

    Linteau de sépulture ornée d’inscriptions méroïtiques. © Mission archéologique de Sedeinga

       

    Jusqu’à ces récentes découvertes, n’étaient connues que de rares épitaphes sur des stèles et ou des temples. Au nombre des trouvailles effectuées, figuraient également des représentations de la déesse Maât, avec des caractères différents des canons habituels hérités de l’iconographie religieuse égyptienne.  

    Figure de la déesse Maât, divinité égyptienne de l’ordre, de l’équité et de la paix, mise au jour à Sedeinga. © Vincent Francigny / Mission archéologique de Sedeinga

    Il s’agirait même de la première figure connue de cette divinité avec des traits africains. 
    Sur les montants des chapelles funéraires où apparaissaient habituellement d’un côté Anubis, le dieu maître des nécropoles, et de l’autre Isis ou sa sœur Nephtys, les divinités protectrices des morts, il semble que la déesse Maât, entité symbolisant l’ordre, la vérité et la justice, se soit imposée sur le site de Sedeinga. 

     

    Vue aérienne de la « Cité des morts » de Sedeinga, au Soudan. © Mission archéologique de Sedeinga

     L’impressionnant cimetière et ses centaines de lieux d’inhumation et caveaux a été utilisé pendant plusieurs siècles, s’étirant de la fin de la période dite des royaumes de Napata (600-300 avant J.-C.), à la fin de l’époque méroïtique (450 après J.-C.). Avec les sites de Sedeinga et l’île de Saï voisine, l’archéologie française participe à l’étude de deux gisements majeurs de l’histoire antique des exceptionnels royaumes nubiens du Soudan. 


     

     Ruines du temple égyptien de la reine Tiyi, situé à proximité de la nécropole de Sedeinga. © Bernadette Arnaud

      
    Le site de Sedeinga :
    Signalé au XIXe siècle par le Français Frédéric Caillaud, le site de Sedeinga, à une centaine de kilomètres au nord de la troisième cataracte du Nil, sur la rive ouest du fleuve, avait attiré l’attention de l’explorateur nantais car il abritait les ruines d’un temple égyptien dédié à la reine Tiyi, vestiges d’une très ancienne présence pharaonique dans la région (1500-1100 avant J.-C), lorsque les armées d’Amenhotep III (Aménophis III, en grec) étaient venues anéantir les habitants de Kouch pour les punir de leur tentative d’invasion de la Basse-Nubie. 
    La nécropole de Sedeinga qui y a été découverte à proximité s’étend sur plus de 25 hectares. 
    Elle abritait une centaine de pyramides et tombeaux funéraires en briques crues, remontant pour les plus anciennes au royaume de Napata (600-330 avantJ-C.), puis Méroé (entre 300 avant J.-C. et 450 ap.J.C). 

     

    Sciences et avenir – Bernadette Arnaud – 

    Partagé par :
    https://resistanceinventerre.wordpress.com/2018/04/22/une-cache-de-steles-gravees-de-la-mysterieuse-ecriture-du-royaume-africain-de-meroe-decouverte/


    votre commentaire
  • Les Juifs ashkénazes sont un groupe ethnique juif qui ont leurs premiers ancêtres issus des tribus indigènes d'Israël....au moins d'un côté de l'arbre généalogique. Une étude publiée en 2013 dans Nature Communications a montré que leur lignée maternelle provient d'une source différente et peut-être inattendue.

     
    La recherche montre (https://www.livescience.com/40247-ashkenazi-jews-have-european-genes.html que l'origine de la lignée matrilinéaire pour les juifs ashkénazes vient d'Europe. Cela va à l'encontre de la croyance commune selon laquelle le peuple juif est arrivé en Europe centrale après la guerre byzantine-sasanienne de 602-628 et n'a commencé à s'installer en Allemagne qu'à l'époque médiévale.
    Juifs ashkénazes est le terme utilisé aujourd'hui pour décrire ce peuple juif - des individus qui ont construit des communautés religieuses des siècles plus tard en Europe centrale et orientale. L'une des choses pour lesquelles ils sont reconnus est l'utilisation du yiddish - une langue allemande de haut niveau écrite dans l'alphabet hébreu et influencée par l'hébreu classique et l'araméen.

    Le co-auteur de l'étude de 2013, Martin Richards, archéogénéticien à l'Université de Huddersfield en Angleterre, a déclaré que si les Juifs ashkénazes vivent en Europe depuis de nombreux siècles, les résultats de l'étude utilisant des échantillons d'ADN montrent que la plupart des Juifs européens descendent de personnes locales qui se sont converties au judaïsme, et non d'individus qui ont quitté Israël et le Moyen-Orient il y a environ 2 000 ans.
    Les juifs ashkénazes ont été déclarés un sous-groupe génétique précis et homogène à la suite d'une étude réalisée en 2006. Les juifs ashkénazes viennent du même groupe génétique, peu importe si leurs ancêtres venaient de Pologne, de Russie, de Hongrie, de Lituanie ou d'un autre pays ayant une importante population juive historique. Ils appartiennent tous au même groupe ethnique.
     
    Le segment calligraphique yiddish dans le Worms Mahzor.
    Le segment calligraphique yiddish dans le Worms Mahzor.
    Comment se fait-il que les juifs ashkénazes ne sont qu'un seul groupe génétique ? La réponse est relativement simple : ils ne se sont pas reproduits à un niveau notable avec d'autres personnes en dehors de leur groupe (pas même avec d'autres juifs). Les chercheurs ont montré que les Juifs ashkénazes étaient une population isolée sur le plan de la reproduction en Europe depuis environ 1000 ans.

    Des études antérieures ont montré que 50 à 80 % de l'ADN ashkénazim de la lignée paternelle provenait du Proche-Orient. Il n'est pas surprenant qu'il y avait une croyance commune selon laquelle Israël et le Proche-Orient étaient leur ancienne patrie.
     
    Mais l'étude de 2013 a montré que 80% de la lignée maternelle des juifs ashkénazes vient d'Europe - seules quelques personnes avaient des gènes originaires du Proche-Orient. Comme l'a dit le professeur Richards à l'époque, "Cela suggère que, même si les hommes juifs ont effectivement migré en Europe depuis la Palestine il y a environ 2000 ans, ils semblent avoir épousé des femmes européennes".

    Il semble que la majorité des Européens convertis au judaïsme au cours des premières années de la diaspora étaient des femmes. Cela explique pourquoi les Ashkénazes peuvent retracer leur lignée féminine jusqu'en Europe du Sud et de l'Ouest.

    En conclusion, Richards a dit : " L'origine des Ashkénazes est l'une des grandes questions que les gens se posent sans cesse et ne parviennent jamais à un point de vue vraiment concluant.
     
    Traduction SOTT. Source: http://www.ancient-origins.net/human-origins-science/ashkenazi-jews-their-origins-may-surprise-you-009924

    Richards et ses collègues ont analysé l'ADN mitochondrial, contenu dans le cytoplasme de l'œuf et transmis uniquement par la mère, de plus de 3 500 personnes dans tout le Proche-Orient, le Caucase et l'Europe, y compris les juifs ashkénazes.

    L'équipe a découvert que quatre fondateurs étaient responsables de 40 % de l'ADN mitochondrial ashkénaze, et que tous ces fondateurs étaient originaires d'Europe. La majorité des personnes restantes pourraient être tracées vers d'autres lignées européennes.

    Au total, plus de 80 % des lignées maternelles des Juifs ashkénazes ont pu être tracées jusqu'en Europe, avec seulement quelques lignées originaires du Proche-Orient.

    Pratiquement aucun ne venait du Caucase du Nord, situé le long de la frontière entre l'Europe et l'Asie, entre la mer Noire et la mer Caspienne. https://www.sott.net/article/267238-Genetic-study-Ashkenazi-Jews-are-substantially-of-Western-European-origin

    https://fr.sott.net/article/32291-Les-origines-surprenantes-des-juifs-ashkenazes

    votre commentaire
  • *La grille de la Terre: les monuments anciens sont-ils le résultat d'une conscience globale?





    (Ivan) En plus du fait que la Terre est jusqu'à présent la seule planète capable d'accueillir la vie telle que nous la connaissons, de nombreux autres mystères engloutissent notre monde natal.
    L'histoire de la grande inondation selon l'ancienne mythologie aztèque



    par Ivan, le 18 avril 2018

    Au cours des millénaires, les civilisations anciennes du monde entier ont laissé leur marque dans l'histoire. Construire des structures supermassives qui défient l'explication, nos ancêtres se sont assurés de rester omniprésents dans les livres d'histoire.

    Aujourd'hui, nous admirons et étudions des monuments impressionnants construits il y a des milliers d'années, essayant de répondre à certaines des questions historiques les plus importantes: Comment la civilisation s'est-elle développée, comment elle a transporté des pierres massives pesant jusqu'à 100 tonnes? similaire dans la conception?

    Et s'il y avait un but plus élevé à ces structures anciennes?

    Mais peut-être la question la plus critique que nous avons omis d'aborder est: Est-il possible que les monuments anciens ont été construits avec un but plus élevé? Et si ces structures frappantes n'étaient pas construites au hasard, mais stratégiquement positionnées autour du globe?

    Avez-vous déjà remarqué que certains monuments anciens semblent être connectés? Si vous regardez la carte du monde et regardez la position des monuments anciens, vous remarquerez que certains d'entre eux peuvent facilement être reliés par des lignes droites, presque comme si les anciens constructeurs utilisaient des formes avancées de géométrie et des équations mathématiques sculptées dans la pierre, rendant les monuments déjà ahurissants toujours plus mystérieux.

    De nombreux auteurs ont demandé et n'ont pas répondu pourquoi les pyramides d'Égypte ont été construites?

    De plus, nous n'avons pas réussi à répondre à la question de savoir comment les monuments égyptiens ont été érigés, et nous n'avons pas réussi à comprendre comment les anciens Egyptiens ont réussi à placer la Grande Pyramide de Gizeh au centre exact de toute la Terre.

    Saviez-vous que le parallèle est / ouest qui traverse le plus de terres et le méridien nord / sud qui traverse le plus de terres se croisent en deux endroits sur la terre, l'un dans l'océan et l'autre à la Grande Pyramide?

    Ne vous demandez-vous pas comment cela était possible sans la capacité de voler?

    Comment les anciens ont-ils géré cela sans avoir la capacité de savoir à quoi ressemblait la masse terrestre à l'époque?

    Les pyramides, en particulier celles de Gizeh, sont un accomplissement étonnant de plusieurs sciences réunies: la géométrie, la physique et les mathématiques, toutes combinées pour former des monuments qui ont résisté à l'épreuve du temps.

    Par exemple, le poids de la Grande Pyramide de Gizeh est estimé à 5 955 000 tonnes.

    Multiplié par 10 ^ 8 donne une estimation raisonnable de la masse de la Terre.

    Si nous devions recréer aujourd'hui la Grande Pyramide de Gizeh, nous aurions des difficultés à le faire, malgré nos connaissances et notre machinerie.

    Ce seul fait fait des Pyramides de Gizeh une véritable merveille.

    Nous ne voulons pas prendre le crédit de l'homme ancien qui a construit des structures incroyables comme les pyramides, mais ont-ils vraiment réussi cela avec des bâtons et des pierres? Ou ont-ils, comme certains auteurs le suggèrent, possèdent une technologie beaucoup plus avancée que nous sommes prêts à accepter?

    Je ne peux pas m'empêcher de me demander s'il y a une petite chance que les cultures anciennes du monde entier soient reliées, soit par une conscience globale, soit par un autre phénomène global qui les a dirigées dans une seule direction, ce qui a entraîné la construction de d'innombrables sites antiques qui se ressemblent comme s'il s'agissait d'un processus de construction à l'échelle mondiale.

    Presque comme si chaque culture sur notre planète ressentait le besoin de placer des monuments tels que les pyramides, le Stonehenge, Teotihuacan et d'autres endroits incroyables dans des endroits spécifiques.

    Ce que ces civilisations anciennes ont fait était créer un modèle, un modèle que nous identifions et relions aujourd'hui, formant un puzzle massif, morceau par morceau.

    De nombreux auteurs se demandent s'il est possible que de nombreux monuments anciens n'aient pas été placés au hasard.

    Certains auteurs sont convaincus que dans ces constructions mégalithiques, il existe un code secret qui peut expliquer comment, pourquoi, et qui a construit et organisé ces monuments incroyables qui sont dispersés à travers la planète.

    Plus nous étudions les civilisations anciennes et leur histoire, culture et savoir, plus nous sommes surpris.

    Plus nous trouvons, plus nous comprenons le peu que nous savons.

    Et si les anciens Egyptiens ne plaçaient pas les Pyramides au hasard? Et si les pyramides, les temples et les tombes marquaient un emplacement géographique précis? Et si d'autres civilisations dans le monde faisaient de même? Et si les civilisations des Amériques et de l'Asie faisaient de même? Et si tous les anciens sites étaient construits avec un plan?

    Les chercheurs ont découvert des liens entre des structures sacrées et des zones du monde où la force de l'énergie électromagnétique s'accumule.

    Ces endroits étaient importants et avaient du sens pour les anciens. Mais comment les anciens connaissaient-ils ces lieux géographiques?

    Les théoriciens astronautes anciens pointent vers la soi-disant «grille du monde» ou «The Earth Grid». Cette théorie maintient que les anciennes civilisations du monde entier ont volontairement construit leurs monuments sur des lignes d'énergie qui, lorsqu'elles sont cartographiées et connectées, créent un schéma significatif, comme si elles étaient connectées, elles forment une sorte de réseau énergétique.

    L'idée même de la «grille du monde» est que la Terre est comme un immense cristal où l'énergie circule à travers de petits nodules.

    Les chemins de l'énergie se croisent et se déplacent dans le monde entier.

    En fait, avant l'apparition de la théorie des astronautes antiques, il y a des milliers d'années, un philosophe grec ancien a fait les premiers pas pour identifier des endroits spécifiques sur Terre.

    Platon fut l'un des premiers à proposer la structure de base de la Terre à partir de formes géométriques aujourd'hui connues sous le nom de Solides Platoniciens.

    Ce que Platon a fait était extrêmement intéressant parce qu'il a décrit la Terre comme étant créée à partir de 12 faces pentagonales et de 20 vortex à la surface.

    Quand vous les prenez toutes, que vous les rejoignez, et que vous allez sur la carte et que vous les marquez, vous réalisez qu'il y a des formations géométriques qui apparaissent parmi elles.

    Tout devient connecté.

    En fait, Platon a écrit qu'il y avait une âme du monde qu'il décrivait comme une sphère composée de 120 triangles égaux identiques.

    Certains chercheurs et scientifiques croient aujourd'hui que cela pourrait être appliqué à la Terre.

    Est-il possible que caché dans ces modèles est une source d'énergie secrète?

    Une forme de technologie qui aurait pu aider les civilisations anciennes à construire leurs monuments?

    Une preuve que la Grille de Terre existe réellement et que nous pouvons en tirer de l'énergie?

    Grâce à notre science et technologie de pointe aujourd'hui, nous sommes conscients du champ électromagnétique et de certaines énergies qui résident dans la terre.

    Mais il y a des milliers d'années, comment les anciens pouvaient-ils le savoir? Et s'ils connaissaient certaines fréquences et énergies, ont-ils vraiment construit des monuments pour «harnacher» certaines énergies?

    Ce que nous voyons aujourd'hui est la preuve d'une conscience plus élevée présente dans les civilisations anciennes.

    C'est comme si les civilisations anciennes savaient que si elles plaçaient leurs monuments dans des endroits spécifiques, elles pourraient se connecter à ce que l'on appelle le réseau énergétique. Beaucoup de cultures anciennes croyaient que tout allait couler, si elles plaçaient leurs monuments sur des endroits spécifiques et planifiés.

    Cela a été pratiqué par presque toutes les cultures anciennes que nous connaissons. Des Mayas, des anciens Egyptiens aux civilisations en Mésopotamie et en Asie.

    A propos de l'auteur

    Ivan est rédacteur en chef à ancient-code.com, il écrit également pour Universe Explorers. Vous l'avez peut-être vu apparaître sur Discovery and History Channel.

    Source: https://stillnessinthestorm.com/2018/04/the-earth-grid-are-ancient-monuments-the-result-of-a-global-consciousness/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique